Rose-Anne Déry-Tremblay

DEVELOPING ARTISTS GRANTS
2013 Grant Recipient

French Theatre Winner
Rose-Anne Déry-Tremblay

Rose-Anne Déry-TremblayRose-Anne Déry-Tremblay, a native of Trois-Rivières, QC, is a 21-year-old student at the Conservatoire d’art dramatique de Montréal, entering her final year of studies this autumn. Ms Déry-Tremblay has assembled an impressive resumé of performances, including plays by Tennessee Williams, Thornton Wilder and Jean-Paul Sartre, to name but a few.

In submitting the nomination for The Hnatyshyn Foundation French Theatre grant, Benoît Dagenais, Directeur, Conservatoire d’art dramatique de Montréal, wrote “Rose‐Anne has all the qualities that make a great actress. Her character readings are extraordinary. Sensitive, honest and precise, she never takes her exceptional gifts for granted, and works tirelessly to refine her technique. Open and free-spirited, she takes on the texts in a creative way and, although reating the genres, eras and styles with appropriate respect and never distorting the author’s work, she always brings a personal and modern touch to work, lending colour to her performances. Rose‐Anne is also a much sought-after acting partner among her colleagues. A team player, always prepared and always engaged, she ensures that the interaction between the characters is complete, human, honest and spontaneous, while making it look effortless.”

In their adjudication of Rose-Anne’s performance clips, the jury for French Theatre commented, “Lively candidate, intense, intelligent, talented. Her artistry and interpretation demonstrate a deep commitment to her art, a passion for performance, a great vivacity of spirit, and profound sensitivity.” “This is a truly talented actress … the candidate, who is only 20 years old, shows a great deal of promise.”

Members of the jury included:
• Anne-Marie Cadieux, actress
• Alain Jean, Head of Development, Association des théâtres
francophones du Canada
• Geneviève Pelletier, Artistic Director and General Manager,
Cercle Molière.

* The French theatre acting grant is funded by CIBC.


Artist’s Statement

J’ai décidé de faire de ma vie un jeu. Je me suis juré de n’agir que selon ce qui me passionne, j’essaie de ne faire que ce qui me fera évoluer. Pour moi, le théâtre est un art qui représente tout ce qui me plaît, et ce n’est pas pour rien qu’on dit qu’on «joue» : le théâtre est un monde de liberté et de plaisir sans limites!

D’où je viens, il n’y a pratiquement pas d’accès à la culture. Je viens d’un village éloigné où les gens ne ressentent pas souvent le besoin de s’intéresser à l’art. Malgré tout, j’ai senti très jeune que j’avais besoin de créer, de me dédoubler, d’exprimer des émotions plus grandes que moi‐même… bref de m’engager complètement dans ce qui me parle le plus au monde : le jeu.

Cet «appel» s’explique par le fait que je suis complètement passionnée par l’humain, par ses émotions, par ses travers. J’observe, j’analyse. En fait, les gens qui m’entourent sont ma plus grande source d’inspiration. J’aime écouter les gens et les comprendre. C’est pour ça que l’art qui m’appelle le plus a toujours été le théâtre, c’est un art tellement social! C’est un art qui permet d’entrer dans le fin fond de la psychologie humaine par, à mon avis, le meilleur moyen qui soit : se mettre à la place des gens. Les personnages ne sont que des milliers de gens à découvrir et à comprendre…

Je ressens d’autant plus le besoin de faire du théâtre car je veux toucher les gens de chez‐moi. Ces personnes qui vivent, qui ressentent des émotions au même titre que les artistes eux‐mêmes, mais qui n’ont pas toujours les moyens de les exprimer. C’est eux que je veux interpeller d’abord, parce que théâtre est un art de communication. Il ne faut pas perdre de vue le public : c’est pour atteindre et toucher les gens que je joue. Pas nécessairement dans le but de leur plaire, mais surtout dans celui de les émouvoir, de les faire réfléchir, et même, qui sait, de changer leur vie. C’est peut‐être utopique , mais je crois que savoir se mettre au service d’une oeuvre dramatique bien écrite, s’abandonner à un texte pour le livrer le plus humblement et le plus ouvertement possible, peut faire réfléchir quelqu’un à un point tel qu’il en verra sa vie changée, ne serait‐ce qu’un tout petit peu.

Avant d’y arriver, il a fallu développer une méthode de travail qui me convienne, basée sur le travail et la liberté. De plus en plus, j’essaie de laisser vraiment le champ libre à ma création et à mon imagination. Aussi, selon moi, il faut une précision extrême dans la pratique de cet art, parce que cette liberté tant recherchée est impossible sans la rigueur du travail.